La primaire socialiste vue depuis les médias sociaux

logo Parti Socialiste

Comme les sondeurs aiment à donner leur avis sur une « Primaire citoyenne » dont on ne connaît même pas le corps électoral, je me suis dit que je pouvais moi aussi jouer à la Madame Irma de la politique. En redressant des sondages bidons ? En interprétant les tarots de Marseille ? En lisant dans les lignes de la main des candidats ? Non, ma boule de cristal se trouve dans les médias sociaux. Et plus précisément dans l’analyse de l’influence de chacun des 6 candidats sur Facebook et Twitter, réseaux sociaux qu’ils privilégient pour leurs campagnes.

Après cette infographie rudimentaire réalisée avec mes piètres connaissances de photoshop, découvrez une petite analyse de ces chiffres pour chacun(e) des candidats :

Primaires socialistes sur Facebook et TwitterPar ordre décroissant de popularité sur les médias sociaux, on retrouve donc…

Jean-Michel Baylet

Jean-Michel BayletBon, je ne vais pas m’acharner sur son cas… c’est déjà fait ;)

Son score Klout de 55 n’est pas ridicule ; au moins on parle de lui. Avec un compte Twitter non vérifié, moins de 1 100 followers sur Twitter et à peine plus de 700 personnes qui l’aiment sur Facebook… cela relève presque du miracle. Il faut croire que les Francs-Maçons ont déjà leur réseau social à eux et ne se pokent guère sur Facebook…

Certains craignent qu’il récolte des votes massifs en provenance des électeurs de droite ? Peu de risque, ils ne doivent même pas connaître son existence.

S’il n’est sur Twitter que depuis le 21 juin 2011, il se fait déjà remarqué avec le pire template… Si 4 candidats ont choisi un template bleu d’une parfaite neutralité twitterienne, le cancre de la classe entend montrer sa différence et afficher les couleurs de son parti… manque de bol, ça l’oblige à utiliser un jaune pétant qui donne envie de l’unfollower dans la seconde.

Manuel Valls

Manuel VallsL’autre candidat que la droite veut voir gagner… pour des raisons bien différentes.

Un joli score Klout de 64, c’est plutôt prometteur. Le prototype d’un vrai jeune qui n’en veut, et qui fait figure d’ancien sur twitter puisqu’il gazouille depuis le 31 août 2009.

Mais seulement 4 759 followers, listé 258 fois sur Twitter et 5 472 likers… ce n’est même pas la moitié des scores de ses adversaires. Comment expliquer qu’il se retrouve distancé par ses concurrents sur les médias sociaux ?

Il est sans doute difficile pour les électeurs de droite de se reconnaître dans un membre du PS ; et difficile pour les électeurs de gauche de se passionner pour l’aile droitière du PS.

N’oublions pas, néanmoins, que les personnes âgées sont sous-représentées sur les réseaux sociaux ; et il y a fort à parier qu’ils iront voter pour lui… Son cas n’est donc pas totalement désespéré.

Martine Aubry

Martine AubrySa performance est surprenante. Un score Klout de 67, 18 685 followers, listée 745 fois et 15 039 likers sur Facebook. C’est loin d’être ridicule ; c’est même dans la moyenne des candidats.

On est cependant en droit d’en attendre plus de la part de la Première Secrétaire en titre du Parti Socialiste… On pourrait prétexter une arrivée tardive sur les médias sociaux en raison de sa candidature tout aussi tardive… Mais elle fréquente le petit oiseau bleu depuis le 23 mars 2009 !

Comme je ne suis pas persuadé qu’elle transcende les foules dans les maisons de retraite, j’aurai tendance à être très pessimiste sur ses chances à tirer son épingle du jeu dans cette élection.

A moins de recourir à la tradition socialiste du bourrage des urnes ?

Arnaud Montebourg

Arnaud MontebourgLa bonne surprise de ce classement. 12 606 likers, 18 819 followers et listé pas moins de 1 171 fois !

Avec un score Klout de 63, il mériterait peut-être d’être classé derrière Martine. Mais on connaît tous les limites de cet outil, assez variable en fonction de l’actualité de chacun (et il faut reconnaître que les médias parlent plus souvent de Martine, Ségolène ou François que d’Arnaud).

Pourquoi ce socialiste aux airs de grand aristocrate affiche une présence aussi honorable sur Twitter? Il n’est pas impossible qu’une bonne partie de la gauche de la gauche aille voter à ces primaires soutenir un candidat avec lequel une alliance serait possible. Et il est fort probable que cet électoral jeune soit plutôt présent sur les réseaux sociaux.

A noter, l’usage intéressant que fait Arnaud Montebourg de Twitter en conseillant à ses followers de suivre ses 5 adversaires dans ses primaires via un FF… Un usage qui ressemble à celui qu’en fait Jean-Pierre Chevènement (ou plutôt l’un de ses conseillers), qui se plaît à apostropher les leaders de la gauche sur des questions qui lui sont chères. L’occasion de prendre à parti ses camarades, obligés de répondre publiquement et sans langue de bois (difficile de noyer le poisson en 140 caractères).

Une idée à reprendre pour la campagne présidentielle ?

Ségolène Royal

Segolene RoyalSon score sur les médias sociaux est sans appel. Près de 30000 likers sur Facebook et de 19 000 followers, sa présence sur les médias sociaux est loin d’être anecdotique.

Mais son score Klout de 66 et le fait qu’elle soit listée 1 002 fois sur Twitter est à pondérer par le fait qu’elle soit la candidate en titre du PS.

On peut penser qu’une bonne partie de ses soutiens sur les réseaux sociaux datent de 2007 ; ce qui pourrait nous inciter à « redresser » son score sur Facebook. D’ailleurs, elle est sur Twitter depuis aussi longtemps qu’Arnaud Montebourg (août 2009)… et ils ont quasiment le même nombre de followers.

Au vu de son impressionnant cortège de likers, je suis obligé de la mettre ici en deuxième position. Mais il ne serait pas étonnant de la voir finir derrière Arnaud Montebourg lors de ces Primaires.

François Hollande

François HollandeUne vraie surprise pour moi. Je pensais que son passage à la tête du PS l’avait décrédibilisé, qu’il avait une image de has been et d’immobiliste, peu propice à susciter l’enthousiasme sur les réseaux sociaux…

Et pourtant : plus de 25 000 followers sur Twitter, listé plus de 1 000 fois, un score Klout de 70, autant de raisons qui font de lui le premier de la classe sur les réseaux sociaux.

Seulement 12 000 likers sur Facebook, certes. Mais si on excepte Ségolène Royal qui avait fait une vraie campagne sur Facebook en 2007 et qui jouit toujours de cet héritage, il est plutôt dans les clous de ses adversaires.

A noter : c’est le seul à avoir tenté un arrière-plan Twitter violet. Une bonne idée puisque son template s’accomode très bien  de liens roses, bien marqués PS… loin des liens d’un bleu umpiste de ses adversaires de camarades…

Conclusion

Au petit jeu des pronostics, si on mélange tout ça (et qu’on pondère les scores de Valls et de Royal par les réserves émises ci-dessus), on pourrait prédire, à la louche : Hollande 30% ; Montebourg 20% ; Aubry 15% ; Royal 15% ; Valls 15%; Baylet 5% (non, je ne pense pas vraiment qu’autant d’électeurs de droite viennent voter pour le candidat du PRG; il me sert juste de variable d’ajustement pour arriver à 100% :D )

Si ces pronostics sont contredits, cela ne signifiera jamais que le public des médias sociaux est loin de refléter le corps électoral de ces Primaires (ou bien que je ne sais pas lire dans ces médias, ce qui est tout aussi probable). En revanche, si les urnes donnent raison aux réseaux sociaux, il faudrait que les candidats aux Présidentielles se décident enfin à s’intéresser à la viralité et au pouvoir prescriptif de ces médias plus si nouveaux.

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An AWESEM design