Qui est Jean-Michel Baylet, l’inconnu des Primaires socialistes ?

logo primaires citoyennes

On nous rabat les oreilles avec les 5 candidats majeurs : Martine, Ségo, François, Arnaud et Manu.

On oublie trop souvent Jean Mimi, pourtant porteur de bien belles promesses.

Un homme au service d’une idéologie

Jean-Michel BayletJean-Michel Baylet est surtout (in)connu en tant que président du PRG, Parti Radical de Gauche. Qu’est-ce que le mouvement radical ? A l’origine, ce parti est vraiment radical, le plus à gauche de la gauche. A la fin du XIXème siècle, à une époque où les marxistes n’ont aucun poids politique et où il y a urgence à défendre les idées républicaines contre les courants ultra-monarchistes.

A l’image de Clemenceau, la victoire sur les mouvements royalistes va faire glisser ce parti vers l’insignifiance idéologique. Est-ce à dire qu’il a tout de suite disparu ? Loin s’en faut. Véritable coquille vide, ce type de parti politique est une aubaine inestimable. Dépourvu de substrat idéologique, il peut accueillir n’importe quel leader politique, tel un bernard l’ermite recherchant un parti à mettre au service de ses ambitions. Parti le plus invertébré de la IIIème République, le parti radical est également le parti phare de cette époque, se prêtant à toutes les alliances possibles pourvu qu’elles assurent le pouvoir à ses dirigeants. Parti spécialiste en réseautage méta-démocratique, le parti radical est devenu naturellement une officine franc-maçonne. La doctrine radicale peut se résumer à : « soyons des laïcs intransigeants, sortons la religion de la sphère publique… pour y faire entrer le copinage entre amis, autrement appelé solidarité maçonne ».

Forcément, quand on demande à Jean-Michel Baylet quelle est sa personnalité de gauche favorite, il répond Jaurès. Pour ses combats aux côtés des ouvriers ? Non, non, parce qu’il a écrit dans le journal qu’il dirige aujourd’hui… indice d’une colonne vertébrale idéologique à peu près aussi consistante que Nicolas Sarkozy ! Il faut reconnaître que quand on a travaillé avec Bernard Tapie ou Thierry Meyssan au sein des plus hautes instances de son parti, on peut difficilement faire croire qu’on apprécie Jaurès pour ses qualités intellectuelles.

Pour résumer, Jean-Michel Baylet, tu lui dis qu’il ressemble à Edouard Herriot, il prend ça pour un compliment.

Un homme au service des plus démunis

Certains disent… Jean-Michel Baylet, il est pété de tunes et donc il ne peut pas être socialiste. C’est faux et archi-faux. Selon le classement Challenge de 2010, il serait seulement la 509ème fortune française. Disons donc qu’il est à l’élite de la finance française ce que Nancy est à l’élite du football français. Un confetti.

Si on rapporte ses revenus à toutes ses occupations, je pense même qu’il doit avoir des fins de mois difficiles. Au vu des mandats publics qu’il se plaît à cumuler – Conseiller municipal, Président du conseil général, Sénateur pour ne citer que les plus actuels – en plus de sa carrière professionnelle, il faut bien comprendre que le Président du PRG doit avoir des frais de déplacement et de logement exorbitants.

Et puis, si on suit cette logique… le fameux Normand qui a remporté 162 millions d’euros, devenant ainsi la 247ème fortune française, aurait dû devenir de droite à la seconde même du tirage. Le jour où Paul-Loup Sulitzer s’est retrouvé ruiné, il aurait dû devenir plus intelligent de gauche.

Et ça vaudrait surtout dire qu’aucun des leaders du classement Challenge (respectivement Bernard Arnault, Gérard Mulliez, Liliane Bettencourt, Bertrand Puech, François Pinault et Serge Dassault) ne serait de gauche… J’aime pas balancer mais je sais pourtant que l’un(e) d’entre eux a voté Besancenot aux dernières élections présidentielles (sous l’influence de son majordome d’accord… mais quand même).

Un homme intègre

Condamné par la justice française pour abus de biens sociaux (en 2003 et en 2007), recel d’abus de biens sociaux, faux et usage de faux, il est aujourd’hui encore mis en examen pour « infraction au code des marchés publics »… mise en examen dont il dit n’avoir jamais entendu parler. Je le comprends, moi aussi je serai perdu avec autant de démêlés judiciaires…

Jean SarkozyQuelqu’un qui ne s’émeut pas de cumuler ses nombreuses fonctions politiques régionales à celles d’homme de presse régionale – fils du directeur de La Dépêche du Midi, il est naturellement… directeur de La Dépêche du Midi ; le népotisme midi-pyrénéen n’ayant d’égal que le népotisme altoséquanais – ne doit pas avoir une vision très orthodoxe de la morale publique. Y a-t-il donc scandale à ce que notre Jean-Mimi en vienne parfois à transgresser, en plus des règles éthiques, les règles juridiques ?

Si en allant voter aux primaires socialistes, certains militants de droite, pour le fun, décident de voter Jean-Michel Baylet, ils risquent de voter, par mégarde, pour un candidat qui pourrait bien leur plaire. Un candidat affairiste, condamné par la justice (il remplit donc au moins un critère pour devenir ministre de Nicolas Sarkozy) et sans consistance idéologique.

On pourrait s’étonner de cette candidature inutile aux « Primaires Citoyennes ». Mais il faut le comprendre. Si le Parti Radical de Gauche arrêtait de se présenter à toutes les élections qu’il ne peut pas gagner, il arrêterait d’exister. Sa raison d’être est de négocier les dixièmes de pourcentage réalisés contre un strapontin bien chaud aux frais de la République. En finir avec cette pratique, c’est en finir avec le PRG. Pour le plus grand bien de République, peut-être ; mais au détriment d’un Jean-Mimi qui manquerait cruellement au paysage politique français…

Trackbacks for this post

  1. La primaire socialiste vue depuis les médias sociaux | Quolibets

Leave a Comment

Powered by WordPress | Deadline Theme : An AWESEM design